Real World


Ouvrez grand vos yeux, la réalité est pire que ce que vous craigniez
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Even at the market

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Even at the market   Jeu 22 Déc - 0:43



Even at the market



ft. Mina Flynn



J'bougeais enfin du Queens. Faut dire que d'puis qu'j'étais arrivé, c'quartier m'avait comme été imposé. D'abord c'te magnifique gonzesse à l'aéroport, puis c'vampire avec qui j'me suis beaucoup amusé. Faut croire que l'amusement a un prix. Au moins une côte dans l'sac, des bleus ça et là et surtout, un costume, à trois mille euros, en morceaux. Seul souvenir de la France que j'avais pris avec moi. J'pourrais toujours en racheter un, mais celui-là avait une valeur sentimental.

Le Bronx donc! J'savais que j'pourrait y trouver ce que je cherchais. Quelque chose pour me r'mettre dans une forme olympique, et ça très vite. Y avait un marché, enfin pas un marché comme les autres. Déjà il était planqué des humains normaux, pas d'risque d'en croiser un là-bas. Un seul soucis cependant. Les sorciers n'y étaient pas super bien vu. Bon, tous les commerçants ne sont pas omniscients, cela dit le gérant de c't'immense bazar, ce si noble démon, ce cher Shax ne m'portait pas vraiment dans son cœur, en plus du fait que j'sois un sorcier. Ça allait pas être une mince affaire, mais c'est l'seul endroit où j'pouvais trouver c'que j'cherchais.

Même à c't'heure là d'la nuit, le marché était plein d'vie. Rien d'étonnant, là plupart des clients étant des "créatures de la nuit". Je m'faufilais dans la foule, gardant l'visage baissé, pour éviter que quelqu'un ne m'reconnaisse. La première fois qu'j'étais v'nu, y a d'ça maintenant six ans, ça avait été un putain d'bordel. C'est en partie à cause de ça qu'j'avais dû quitter New-York et les Etats-Unis en général. Mais à cette époque j'étais jeune et insouciant. Aujourd'hui j'suis toujours jeune, insouciant et inconscient par d'sus tout ça. Cependant je n'pouvais m'permettre d'refaire la même erreur.

J'arrivai enfin devant le stand que je cherchais. Il était tenu par un vampire que j'n'avais jamais vu. Assez grand, de long cheveux blancs, les yeux bleus délavés. Le cliché du vampire en résumé. Un assortiment de fioles de diverses tailles étaient présentées, accompagnées de quelques bouquins. Je regardai les différents articles quand le commerçant se présenta ainsi que son stand.

Alonso Difrente, pour vous servir. Je vous souhaite la bienvenue à mon humble présentoir. Que recherchez vous ?

Je n'pouvais m'empêcher de penser à Dracula quand il me parlait.

Auriez-vous quoi que ce soit qui serait en mesure de me remettre sur pied de manière... instantanée ?

Il farfouilla dans ses fioles, en sortit plusieurs, les examina, et finalement les remit en place. Il chercha ensuite dans un p'tit meuble qui s'trouvait derrière lui. Il tira, du deuxième tiroir, une petite fiole. Le vampire me la présenta, m'expliquant qu'il s'agissait d'un puissant élixir de vitalité et qu'il ne le fourguerait certainement pas à un sorcier. Comment avait-il pu savoir ? Bonne question.

Écoute mon gars, j'ai passé c'qu'on peut appeler une sale soirée, suffit d'regarder mon costard pour l'comprendre. J'te l'ai d'mandé poliment, alors maintenant si tu veux pas ressembler à ton semblable avec qui j'me suis gentiment frité, file moi ça. Demande moi le double du prix s'tu veux, j'm'en branle, mais épargne moi l'fait d'm'énerver, d'accord ?C'est mieux pour toi et moi, tu comprends ?

La persuasion mentale semblait fonctionner, puisqu'il me demanda un prix assez conséquent, deux mille dollars. J'avais pas l'argent, mais j'pouvais en faire apparaître comme j'voulais. Et c'est c'que j'fis. Et hop, deux mille dollars en coupure de cent. J'lui tendis l'pognon, mais c't'enfoiré avait senti l'arnaque. En une fraction d'seconde j'me r'trouvais avec un couteau sous la gorge. Le marché s'était carrément arrêté d'vivre. Tous étaient tourné vers la scène. D'habitude être sous les feux des projecteurs ne m'dérange absolument pas, mais là c'est comme si j'étais l'ennemi public numéro un. J'étais tellement dans la merde, qu'elle commençait à m'rentrer dans l'nez. Décidément.
 







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Sam 24 Déc - 15:31



Even at the market



ft. Jorah Freek


Cela faisait une dizaine de minutes que je réfléchissais. Y aller ? Ne pas y aller ? Est-ce que la prudence vaincra la curiosité, cette fois ? Un soupir s’échappa de mes lèvres tandis que je faisais les cent pas dans le salon. Si Howard me voyait là-bas… Enfin, je suppose qu’il s’en fichait… ? Je ne savais pas lire en lui comme un livre ouvert tant il était imprévisible.

Je ne voulais rien de spécial au Marché noir, juste me promener et voir ce qu’il y avait d’autre d’intéressant. Toutes les fois où j’avais été dans ce lieu infâme avait été de courte durée et mon envie d’aller plus loin dans les stands était beaucoup trop difficile à gérer. Ma curiosité était un gros défaut, je le savais. Et alors, je pris une décision : y aller.

Je pris ma voiture, mon gilet confortable où je mettais mon capuchon, et trente minutes plus tard, j’étais arrivée à destination. Cette fois-ci, je me rappelais bien de passer par l’entrée principale au lieu de grimper les grilles comme une idiote. Un peu mal à l’aise car je savais qu’autour de moi, ma présence n’était pas la bienvenue, je tentais de paraître neutre. J’avais mis du parfum pour éviter que l’on me sente mon « odeur de sorcière ».

Me promenant dans les stands que j’avais déjà vu, je m’avançais encore plus, allant dans les allées que je n’avais pas su emprunter les deux autres fois. J’observais avec intérêt ce que certains vendeurs avaient, remarquant une amulette plutôt unique d’apparence. Mes yeux ne pouvaient s’empêcher de se poser dessus, comme si j’étais fascinée, attirée. Est-ce que c’était un… ?

— Elle vient tout droit de Roumanie, c’est une amulette qui attire toutes les sorcières, s’écria presque la vendeuse, vieille et aigrie.

Je déglutissais, cependant j’essayais de paraître intéressée pour ne pas me faire avoir.

— Seulement les sorcières ? Et les hommes ?

La vieille dame eut un rire effroyable qui me fit frissonner. C’était soit un vampire, soit une démone… il n’y avait que ça ici, parmi les vendeurs. Enfin, je supposais.

— Le sang des sorcières est supposé être meilleur.
— Je ne trouve pas, rétorquais-je, voulant me faire passer pour un vampire. Celui des hommes a plus de saveurs.
— Ce n’est qu’une légende mais moi, j’préfère le sang sucré des sorcières, répondit la vendeuse. Vous l’prenez ou-

Elle s’arrêta, son attention se portant sur quelque chose d’autre. Je reposais l’amulette, bien qu’elle m’attirait beaucoup. Suivant le regard de la vieille, mes yeux se posèrent sur ce qui semblait être une altercation verbale entre un homme et un vendeur.

— Ha ! Ce vieux Alonso… fit la vendeuse derrière moi. M’étonne pas qu’il s’énerve le type, il vend des potions à des prix exorbitants. C’t’arnaqueur.

D’ici, on pouvait écouter ce que disait l’homme. Il n’avait pas l’air d’avoir la forme et d’ailleurs, il le déclara en disant au vendeur de regarder son costard pour le comprendre (ce que je fis, remarquant en effet le piteux état du costume). Soudain, quelques secondes plus tard, je vis le vendeur sortir un couteau et le pointer sous la gorge du client, ce qui m’arracha un gémissement de peur et me fit sursauter. A présent, il n’y avait pas que la sorcière et moi qui observions la scène, maintenant, tout le marché s’était arrêté pour regarder le « spectacle ».

Soudain, sans réfléchir, je me dirigeais vers le stand et vint à côté de l’homme (pourquoi est-ce que je me fourrais dans des situations pareilles ?! A croire que j’avais le pouvoir de foncer dans le danger). Sûrement que je ne voulais pas assister à une boucherie, le sang n'étant pas très agréable à voir... en tout cas, pour moi. Je posais ma main sur le bras de l’homme, serrant un peu fort.

— Excusez-le, monsieur Alonso. Je le connais, il… il se sent pas très bien, ne faites pas attention à lui.

Le vendeur me regardait avec suspicion, mettant toujours le couteau sous la gorge.

— Vous êtes sa complice, n’est-ce pas ? murmura-t-il. Partez d’ici et ne revenez jamais, votre race n’est pas la bienvenue.

Comment… ? Comment savait-il ? Je me tournais vers l’homme, était-il un sorcier alors ? Que faisait-il dans un endroit pareil ? (Je devrais aussi me poser cette question, tiens). Le vendeur retira doucement le couteau, nous fusillant du regard. Alors, sans tarder, je tirais le « client » avec moi dans une autre allée, hors de la vue de cet Alonso.

— Vous êtes aussi un… sorcier ?

J’avais murmuré le dernier mot, observant les alentours.

— C’est dangereux de provoquer, ici.  

Je me taisais un instant, observant son piteux état, avant de me mordiller la lèvre, sachant pertinemment que je faisais une erreur.

— Si vous voulez, je peux vous remettre sur pied. J’ai des bonnes potions et… je ne vous ferai pas payer.

Pourquoi étais-je si généreuse en ce moment ? Peut-être que je m’affectionnais de trop pour les hommes en détresse, je ne sais pas… Après Howard avec les herbes, j’allais sûrement me retrouver avec un sorcier en besoin d’un remontant. Mais après tout, il faut bien aider ses compatriotes. Et il fallait le faire vite, car j’avais l’impression que ce vendeur allait probablement prévenir d’autres vendeurs ou vampires qu’il y avait des sorciers dans le marché.


   

   
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Sam 24 Déc - 19:20



Even at the market



ft. Mina Flynn



La situation était vraiment désespérée pour moi. Cette fois j'me f'sais vraiment aucune illusion, y a plus rien que j'pouvais faire pour m'sortir de là. Si y avait vraiment un bonhomme tout puissant là haut, c'était peut-être le moment qu'il se dévoile.

Apparemment quelqu'un créchait effectivement dans les nuages. La dernière chose que j'aurais osé espérer, c'est que quelqu'un vienne à mon secours, surtout dans un endroit pareil. Je n'sais pas du tout d'où elle sortait. Je n'la connaissais même pas, ce qu'elle affirmait pourtant à cette petite merde de vampire. Enfin il retira sa lame de sous ma gorge. LA jeune femme, ma Sauveuse devrai-je dire, m'entraîna à l'écart.

Oui, ça saute tant qu'ça aux yeux ? J'devrais sûrement arrangé ça alors.

J'lui adressai un clin d'oeil. Peut-être pas l'meilleur moment pour faire d'l'humour.

Je sais, j'connais les lieux. Les visages changent, mais pas les lieux. Merci.

J'commençais à faiblir. Lâcher un "merci" aussi facilement... J'étais vraiment au bout du bout.

Des potions gratuites ? Franchement j'dis pas non.

Fallait vraiment pas qu'je traîne. Qu'on traîne. Pour l'heure c'était sûrement arrivé aux oreilles de Shax. Et si il me reconnaissait... Je n'ose même pas imaginer.

Faut qu'on s'casse d'ici par contre. Continue tes courses si tu veux, mais moi j'peux pas rester. Déjà qu'les sorciers sont pas censés se trouver là, mais moi, j'devrais carrément être mort. Si les hauts placés me voient ici... Tu d'vrais pas t'attarder avec moi.

J'réfléchissais aussi vite que j'le pouvais. Soit j'la laissais et j'me démerdais pour mes potions, où alors elle venait avec moi, on quittait cet endroit, et ensuite elle pourrait me filer mes potions.

Suis-moi, baisse la tête, et ne fait pas d'vague.

Je la prit par la main, l'entraînant dans la foule. Ils arrivaient et on avait pas une seconde à perdre. Tout en circulait dans la foule, j'utilisai mes dernières réserves pour changer mon apparence. Juste les traits du visage et les vêtements. Juste. Jamais je n'aurais pensé qu'un si petit effort me fatiguerait tant. J'étais épuisé, vidé jusqu'à la moelle. Ma vision commençait à devenir trouble. On y était presque. Mes pas se faisaient de plus en plus lents. Le plus dure, c'est pas la chute, c'est l'atterrissage. J'avais consommer toutes mes forces et me retrouvais incapable des faire un effort de plus. Ma tête heurta le sol avec un bruit sourd, le choc dissipant mon sortilège d'apparence. Six jours que j'avais pas fermé l'oeil, à c'moment là même le plus dure des dols est un matelas confortable. La tentation de fermer les yeux. Le désir de quitter les lieux. Un choix s'imposait. Je n'eu pas le temps de choisir. L'obscurité m'envahit, mettant fin à ma réflexion.









   



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Lun 2 Jan - 15:55



Even at the market



ft. Jorah Freek


Je le regardais un peu avec surprise, me demandant s’il venait juste de prendre la situation avec humour. Ce n’est pas que ça sautait les yeux, mais c’était évident : les sorciers n’étaient pas les bienvenus. En tout cas, je ne le connaissais pas du tout d’apparence mais peut-être que son nom me sera familier (ce qui est très peu probable étant donné que celui qui avait le plus de contacts n’était pas moi mais mon géniteur).

Il m’indiqua connaître les lieux et je ne fus pas étonnée. Il avait l’allure d’un type louche… Mais au moins, il me remercia et je lâchais un petit « de rien », l’observant toujours. L’homme sembla intéressé par mes potions, cependant j’étais un peu méfiante malgré le fait que je venais de le sauver donc il était hors de question qu’il reste longtemps dans ma maison.

— Très bien, sui-

Je me tus car il m’interrompit pour parler. Je l’écoutais… il était paniqué, non ? Tournant la tête de gauche à droite pour voir si des gens arrivaient, je ne vis rien mais je savais qu’il ne fallait pas traîner. Le sorcier ajouta que je ne devais pas traîner avec lui et je fis une moue : bon, je ne lui faisais pas confiance mais laisser un confrère aux mains des vampires, ça non !

— On devrait peut-être y aller, fis-je remarquer avec évidence.

Soudain, il me demanda de le suivre et de baisser la tête. J’allais suivre ses pas quand il attrapa ma main, ce que je regardais avec suspicion (et surprise, bien entendu). Me laissant guider, j’analysais les environs sans être trop flagrante et en remarquant des silhouettes, je fronçais les sourcils pour voir… des personnes se diriger vers nous. Oh non…

J’allais lui faire remarquer ce « détail » quand je vis que ce n’était plus lui. Il s’était changé en quelqu’un d’autre ? Impressionnée mais de courte durée car quelques pas plus tard, le sorcier vacilla et tomba, créant un son effrayant. Choquée, la bouche entrouverte, je le regardais un instant ainsi avant de me retourner pour voir les gens nous chercher.

— Merde… murmurais-je, paniquée.

Je m’accroupissais près de lui, secouant doucement l’homme.

— Monsieur ? Monsieur !

Il semblait complètement inconscient. Plus loin, je remarquais la grille où je passais avant. Comment j’allais faire ? Il fallait que j’appelle quelqu’un… Je sortis mon téléphone, toujours accroupie, les mains tremblantes. Bon, euh… il y a mon père mais il allait probablement me tuer en voyant ici. Mon chauffeur ! Je tapais un sms à toute allure, lui ordonnant de venir vite. En attendant, il fallait nous cacher. J’utilisais ma télékinésie (pas très forte) pour le faire voler doucement derrière un muret et vint proche de lui, surveillant les alentours en attendant que mon chauffeur arrivait.

Quinze minutes plus tard, je recevais un sms qu’il était là et lui répondit en disant de venir m’aider à le porter, ce qu’il fit. Nous étions dans la voiture, en chemin vers ma maison. Soulagée, je regardais l’homme inconscient. Qui était-il ?


[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Mar 3 Jan - 22:36



Even at the market



ft. Mina Flynn



J'me réveillai dans une voiture. Comment j'étais arriver là, j'en sais rien. La chose la plus importante était que j'sois encore en vie. Les souvenirs revenaient doucement. J'm'étais endormi! Putain ça c'est la meilleure. J'arrivais pas à l'croire. J'me redressai sur mon siège, lentement, en prenant le temps de bien regarder l'intérieur de la voiture. Sacré bagnole. Ça y est, ça m'rev'nait enfin. Je savais qui était la fille assise à côté de moi. C'est elle qui m'avait filé un coup d'main au marché. J'me frottais les yeux et me tournai vers elle.

Ok, chouette caisse. C'est quoi ton truc, tu fais des tours dans la rue ? Nan parce que vu comment tu m'as tiré de là, franchement chapeau. Tu pourrais grave te faire d'la maille. Sérieusement comment t-as fait ?

Nan mais c'est vrai, comment elle s'y était pris. J'veux dire, fin y avait vraiment plein d'monde, et pas que du beau. Ca m'faisais mal de l'admettre mais sur ce coup j'avais merdé et heureusement qu'elle avait été là.

On va où pour être exact ? J'préfère savoir où j'vais quand je suis dans une voiture avec des inconnus. Non pas que j'te fasse pas confiance ni à toi ni à ton chauffeur, loin d'moi cette idée. Fin j'veux dire sans vous j'serais certainement pas ici à vous faire chier avec mes questions à la con.

Mes côtes me faisaient mal, il me fallait vraiment ces potions. Je regardai l'heure indiquée sur le tableau de bord. J'n'avais pas dormi bien longtemps, à peine trois quarts d'heure. Ma magie m'avait encore assenée de visions de mon enfance, me renvoyant sur cette chaise, torturé, frappé, traumatisé pendant des heures et des heures. Encore et toujours ces visions. Je dormais de moins en moins.

Personne ne t'a vu partir, personne n'a vu la voiture? J'peux te garantir que si quelqu'un t'a vu me foutre dans cette voiture, t'es dans la merde autant que moi. J'te jure que les personnes qui en ont après moi sont... Disons qu'elles ne sont pas très sympathique.

J'la fixai, essayant d'bien lui faire comprendre que j'déconnais pas. J'commençais vraiment à paniquer et ça l'faisait pas. Mais dans l'état dans l'quel m'avait laissé ma p'tite baston, j'étais incapable de pouvoir leur faire face. Il me fallait un plan et cette jolie demoiselle pourrait sûrement m'aider. J'devais juste trouver les bons mots pour amener ça. J'étais doué pour ça, aucun doute.

Et sinon c'est qui ton nom ? C'est bizarre j'ai l'impression que j't'ai déjà vu quelque part.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Dim 8 Jan - 14:11



Even at the market



ft. Jorah Freek


Cela faisait au moins quarante minutes environ que nous étions loin des quartiers malfamés et le silence régnait dans la voiture tandis que mon regard s’était attardé sur l’individu avec inquiétude. Mon chauffeur jetait quelques fois des coups d’œil, presque désespéré.

— Mademoiselle, pourquoi vous embarquez toujours dans des histoires dangereuses ? demanda-t-il.

Je ne répondis pas tout de suite puis je détachai enfin mes yeux sur la silhouette endormie de l’homme, me demandant s’il allait se réveiller bientôt.

— Je ne sais pas, je suppose que j’attire les ennuis.

Ne recevant aucune réponse, mon visage se retourna une nouvelle fois vers lui. Il était vraiment – soudain, il se réveilla enfin, je l’observais se redresser avec lenteur. Bien évidemment, je ne l’agressais pas de questions et préférait attendre qu’il se remette de ses esprits. En fait, ce fut plutôt lui qui m’assaillit de questions que je mémorisais une par une, un peu surprise qu’il ne soit pas plus assommé.

— Euh… j’ai utilisé ma télékinésie pour vous transporter dans un coin sûr. Ce n’était rien de spécial, on avait semé les vampires et personne avait l’air de s’attarder sur ce que je faisais.

C’était un peu un mensonge. Si mon chauffeur n’avait pas été là, on aurait pu mourir tout à l’heure. C’est vrai que je l’ai transporté à un lieu sûr mais il est arrivé juste à temps car les gens nous regardaient assez étrangement. Puis, il continua avec d’autres questions. Je n’osais pas vraiment lui en poser, de peur de tomber sur un malfaiteur.

— On va chez moi, c’est à Brooklyn. C’est un quartier de sorciers donc on y sera protégés.

Je l’observais encore et remarquais qu’il était dans un état épouvantable. J’allais lui donner des potions, peut-être les premiers secours (avec l’aide de mon chauffeur car il était entraîné pour ça) et lui laisser la chambre d’amis pour qu’il se repose. Ensuite, il partait. Si c’était un tueur en séries ou un homme dangereux, je ne voulais pas qu’il reste longtemps à la maison.

Il me demanda si personne ne nous avait vus et continua sur sa lancée en disant que je serai « autant dans la merde que lui ». Il expliqua le pourquoi du comment et je me mordillais un peu la lèvre. Évidemment que tout le monde nous avait vus… mais je ne voulais pas de panique, alors je décidais de mentir, un peu maladroitement.

— Ne vous inquiétez pas, la voiture avait été garée loin des regards.

Mon chauffeur me regarda brièvement mais n’en dit rien. Au moins, il ne m’avait pas contredit.

Et enfin, la dernière question fut mon nom. Il disait m’avoir vu quelque part… sans blague. Je fis un petit sourire.

— Appelez-moi Mina… ou Mimi. Et vous, c’est quoi votre nom ? Je ne vous ai jamais vu, par contre.

S’il-vous-plaît, que ce ne soit pas un fan, songeais-je. Alors que j’allais lui demander s’il allait mieux, la voiture s’arrêta devant la maison et mon chauffeur, Jackson, parla enfin de sa voix blasée depuis toujours.

— On est arrivés.

Je le remerciais vaguement, puis je jetais un coup d’œil vers l’homme. Il pouvait marcher, non ? S’il n’avait aucunes forces, Jackson serait là pour l’aider. Je lui demandais donc de rester au cas où et il hocha la tête. Alors, je sortis et regardais vite fait si personne ne nous avait suivi. Bon… il y avait une personne qui était assis sur un banc un peu plus loin et semblait attendre quelqu’un, sur son téléphone. Ce n’était sûrement qu’un humain attendant sa copine… n’est-ce pas ?

— Vous venez ? fis-je à l’homme, ne fermant pas la porte de la voiture pour l’instant.

 

 
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Dim 15 Jan - 22:31



Even at the market



ft. Mina Flynn



Au fur et à mesure qu'elle m'donnait ses réponses, mon soulagement grandissait. Elle était douée, sacrément même, si personne nous avait vu, alors on était tiré d'affaire. Pendant une période indéterminée à vrai dire. J'savais vraiment pas si Shax enverrait ses sbires à travers la ville pour me chercher, mais si il le faisait je ne me défilerais pas cette fois.

Mina... Mina... J'avais beau me répéter son nom, je n'voyais toujours pas d'où j'la connaissais. J'explorai les tréfonds de ma mémoire quand son chauffeur annonça qu'on était arrivé. Ça y est, ça me rev'nait, elle faisait partie d'un groupe et j'avais dû la voir sur une affiche. Je sortis de la voiture et jetai un regard tout autour de moi. Comme Mina avait du le constater avant moi, personne ne semblait nous avoir suivi.

Tu es Mina Flynn! J'vais être honnête avec toi, j'suis pas hyper fan de c'que tu fais, disons qu'c'est pas vraiment l'genre de musique que j'écoute. En tout cas, ravi d'te rencontrer. J'm'appelle Jorah au cas où tu te poserais la question, ça peut servir de savoir mon nom.

Putain d'merde! Ça c'est d'la baraque! J'y avais pas vraiment prêté attention en sortant d'la voiture, mais une fois devant... C'est pas qu'on en prenait plein les yeux, mais elle avait ce petit quelque chose en plus qui faisait qu'on ne voyait que celle-ci. Pourtant c'n'est pas comme si il manquait d'maisons dans l'genre dans l'quartier. C'est peut-être le fait qu'elle appartenait à une sorcière, et que, par ma nature, elle me semblait plus attractive. L'intérieur, en revanche, ne m'fit pas l'même effet, pas aussi chic, ni aussi imposant, mais toujours aussi attractif. Le hall d'entrée était simple, enfin simple pour une baraque dans c'quartier, un grand escalier s'élevait devant moi. A gauche une cuisine aménagé à la propreté impeccable, à droite une sorte de salon dont l'éclairage inexistant ne laissait rien voir de l'intérieur de la pièce. On pouvait seulement y deviner un fauteuil et une bibliothèque, sûrement remplie d'livres.

J'étais toujours avec Mina dans le hall d'entrée quand on sonna à la porte. Apparemment j'allais devoir encore attendre un peu pour mes potions. La jeune chanteuse ne bougea pas, son regard était fixé sur la porté d'entrée, la peur se lisait dans ses yeux. Bon j'sais que j'peux en rajouter des fois, mais là y avait pas de quoi psychoter, fin j'espère. Si jamais un des fils de pute de Shax se trouvait derrière la porte...

Tu vas pas ouvrir ? Sauf si c'est un témoin de Jéhovah auquel cas j'comprendrais, mais à cette heure là j'pense pas. Non sérieux j'pense pas que t'ai b'soin d'flipper comme ça. J'vais ouvrir si tu préfères.

J'me dirigeai vers la porte, inconscient des dangers qui pouvaient se profiler derrière.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Mar 24 Jan - 23:14



Even at the market



ft. Jorah Freek


Lorsque j’annonçais mon prénom, il y eut un instant de silence puis ce fut comme si l’homme avait une ampoule au-dessus de la tête, car il releva la tête vers moi avec un air illuminé. Bon, il venait de comprendre que j’étais pas n’importe quelle Mina et je fis une petite moue. Heureusement, il n’était pas fan de ma musique. Ensuite, je sus enfin son prénom : Jorah. Nope, je ne connaissais pas. Peut-être que son nom de famille sera une autre histoire…

— Enchantée, dis-je seulement.

Une fois à l’intérieur, je déposais mon petit sac sur le canapé du hall tandis que mon chauffeur était parti. Je n’allais plus l’embêter, le pauvre. J’allais dire au Jorah de s’asseoir dans le salon et de m’attendre le temps de chercher des potions pour l’aider mais je fus arrêtée par le retentement de la sonnette, ce qui me fit un peu sursauter. C’était le soir, et le soir, personne ne venait sonner ici, à moins d’être un fan hardcore et de connaître mon adresse… ce que très, très peu de personnes savent.

Je me retournais vers la porte, déglutissant, le regard un peu effrayé. Et si c’était un de ces types qui nous suivaient ? C’était probable, après tout. Jorah avait dû remarquer que j’étais figée car il fit un commentaire là-dessus. Je le regardais avec panique lorsque je le vis se diriger vers la porte et je me précipitais sur lui, attrapant son bras.

— Non !

Je marquais un temps de pause avant de reprendre un air « calme », je fis un petit sourire qui essayait d’être amical.

— Si c’est à quelqu’un de répondre, c’est à moi. Après tout, je vis ici…

Avant de répondre, je m’approchais de la porte, je me mis sur la pointe des pieds pour regarder à travers le judas « au cas où ». Je mis quelques instants pour apercevoir la personne en face de moi et… sans le vouloir, j’eus un sursaut en arrière.

— C’est… c’est lui, c’est un des hommes que j’ai vus, réussis-je à dire.

Je reculais et je me tournais vers Jorah.

— Ils ont dû nous trouver grâce à l’odeur… ou… ils ont dû me voir.

Soudain, j’entendis un petit bruit, comme si quelqu’un essayait d’ouvrir la porte. Finalement, je reprenais un peu mes esprits et regardais le Jorah dans les yeux.

— Qu’est-ce qu’on fait ?


 

 
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Mer 25 Jan - 23:03



Even at the market



ft. Mina Flynn




Elle me d'mandait c'qu'on pouvait faire. Devais-je lui rappeler qu'il y a à peine une heure j'm'écroulais de fatigue comme une merde, autrement dit qu'j'avais plus aucune réserve ?

Si t'as une potion bien revigorante, c'est l'moment. Parc'que ces mecs là s'déplacent jamais tout seul, crois moi. Donc autant prendre des forces tant qu'on l'peut.

Elle fila dans une pièce, décidément résolue à trouver ce qu'il fallait. Pendant c'temps l'autre gugus essayait toujours d'ouvrir la porte. J'me d'mandais combien de temps il mettrait avant de la défoncer. Ah, bah moins d'temps que j'le pensais. La porte vola en éclats. Y en a une qui n'allait pas être super contente. J'me retrouvais face à lui... Face à eux en fait.

Va vraiment falloir faire vite ma belle!

Le premier me fonça d'sus en m'envoya valser dans l'escalier. Le choc me paralysa. Comme si j'avais pas assez pris dans la gueule ces derniers temps... Cette fois, les deux fondirent sur moi. L'adrénaline me procura suffisamment d'énergie pour les repousser tout les deux avec une bourrasque.

Mina arriva au moment où j'me relevais tant bien qu'mal. Elle tenait plusieurs fioles dans ses mains et m'en envoya une. L'odeur qu'la substance émanait n'donnait vraiment pas envie, mais j'avais plus vraiment l'choix. J'la bu d'un coup, comme on boirait un shooter d'vodka. Ce goût... C'était si dégeulasse putain.

Mais qu'est-c'que tu fous là d'dans ?  

L'effet en revanche... La fatigue se dissipa d'un seul coup, j'me sentais d'une puissance... La douleur était partie, j'pouvais maintenant faire leur fête à ses deux connards avec ma nouvelle camarade.

T'es prête ? Ça va saigner! Mais pas nous j'te rassure!


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Dim 29 Jan - 16:23



Even at the market



ft. Jorah Freek


Comme réponse, Jorah me demanda une potion. Mais évidemment ! J’étais vraiment bête. J’hochais la tête et frénétiquement, je courus dans ma salle de stockage et prit ce que je trouvais en premier. Bon, c’était des potions vraiment puissantes et très chères mais on était en danger de mort. Une fois ça en mains, je commençais à revenir lorsque j’entendis la porte craquer. Oh non, c’est pas vrai… J’entendis Jorah au loin et je recommençais ma petite course jusqu’au hall.

— J’arrive !

Sur place, je vis avec frayeur que mon « invité » était sur les escaliers et qu’il avait repoussé de justesse les deux gorilles.

— Hé ! criais-je vers Jorah.

J’envoyais une des fioles vers ce dernier qui but d’une traite la potion… il en avait du courage, c’était dégueulasse. N’ayant pas besoin mais gardant la fiole au cas où, je me rangeais à côté du sorcier. Les deux vampires/démons-que-sais-je nous regardait avec haine. Jorah avait repris de la force car il était déjà en train de les provoquer et de me demander si j’étais prête… je lui jetais un regard désespéré.

— On peut dire ça…

Soudain, les deux se relevèrent et celui qui fut plus rapide prit un vase et le jeta. Par reflexe, j’utilisais ma télékinésie, ce qui fit que le vase en porcelaine (oui, en porcelaine, donc cher...) se brisa en mille morceaux sur le front du monsieur. Ce dernier grogna avant de jeter un regard vers son ami :

— Bah alors, tu fous quoi ? gueula-t-il.
— Y a deux sorciers contre nous là quand même… répondit son partenaire, pas très sûr.

J’en profitais pour utiliser à nouveau mon don et les faire valser contre le mur, ce qui leur arracha un cri et au passage, ils semblaient assez dans les vapes. Je me retournais vers Jorah, un peu exaspérée de la situation.

— Je n’ai pas une jauge suffisante pour les contrer tous les deux, donc il faudrait vraiment trouver une solution pour les jeter d’ici.




[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Even at the market   Dim 5 Fév - 9:47



Even at the market



ft. Mina Flynn




Bon la demoiselle avait pas totalement tort, mais j'voyais vraiment pas comment faire pour qu'ils dégagent sans causer plus de dégâts. Elle les avait sonné, et c'est là qu'on d'vait frapper. Ni une ni deux, je fonçai sur celui de droite, posai mes mains sur ses tempes, et pénétra son esprit. C'était un sacré bordel là d'dans, aucune pensée n'avait de sens. En tout cas il savait s'défendre, ses barrières mentales aussi ébranlées soient-elles, elles tenaient bon. Mes assauts étaient violents, cherchant à fracturer cette muraille de fer. Plus les secondes s'écoulaient, plus je la fragilisais et au bout de deux minutes je voguais librement à travers les méandres de son esprit. Exerçant une pression mentale où je le voulais, je lui faisais faire ce qui me plaisait. J'explorais chacun de ses souvenirs à une vitesse hallucinante, cherchant chaque informations, si minimes soient-elles, qui pouvait m'aider à deviner les intentions de son maître. Il n'allait pas s'en sortir indemne, la violence de mon passage le rendrait à l'état de légume. Cependant il devait faire deux choses pour moi, de un tuer son acolyte et de deux foutre un gros bordel dans les rues voisines.

Je me retirai rapidement de son esprit, les bienfaits de la potion ne s'étant pas estompés je tentai une dernière chose, juste pour l'amusement. Pendant que le deuxième était aux mains avec Mina je tentai la création d'un double de moi. À mesure que mon double prenait forme, je sentais mes réserves diminuer à vitesse grand v. Je décidai d'arrêter pour garder une petite réserve juste au cas où. Le démon mentalement labouré fonça sur son acolyte en engagea le combat avec lui. Ce dernier, surpris, n'eut pas vraiment le temps de réagir avant de périr d'une manière que seul les démons en avaient le secret.

Laisse le faire, il... m'obéit, en quelques sortes.

Une fois le cœur de son camarade gentiment arraché, il fila hors de la maison et sema, comme demandé par mes soins, le chaos dans les rues. Il pouvait tuer qui il voulait, ça m'importait peu, si c'est Shax qui en payait le prix. Je sortis la tête par la porte pour jeter un regard dehors, il n'y avait pas grand monde. J'étais un peu déçu. Je me retournai vers la sorcière.

Bon, il semblerait qu'on s'en soit plutôt bien sorti. T'en penses quoi ? Bon y a juste ta porte qui a vraiment morflé, mais je pense que tu peux en trouver une autre non, fin j'veux dire t'as les moyens quoi.

J'attendais pas vraiment de remerciement, quelque part, tout ça était un peu de ma faute, mais quand même, c'était la moindre des choses non ? Je ne sais pas si elle était soulagée ou énervée ou choquée, en fait je n'arrivais pas vraiment à savoir ce qu'elle ressentait. Une première pour moi!

Un peu d'aide pour l'ménage ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Even at the market   

Revenir en haut Aller en bas
 
Even at the market
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vShare App Market
» Chibi Market FERMÉ
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Me Osner Fevry trayi kanl ke li wè ki pap ka ganye.
» real nan cho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Real World :: Role Play :: Bronx :: Le marché noir-
Sauter vers: