Real World


Ouvrez grand vos yeux, la réalité est pire que ce que vous craigniez
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Face à Face [PV Bobby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William Stark
avatar

Messages : 1350
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 44 ans
Métier: Ingénieur et consultant SPN
Particularité: Génie

MessageSujet: Face à Face [PV Bobby]   Mer 10 Jan - 18:28



Face à Face



ft. Bobby Sands


Après mon deal avec ce Démon de James – qui me permettait de ne pas avoir mon secret révélé au grand jour -, j’avais décidé de me rendre au SPN… Ok, dit comme ça, ça donne l’impression que j’avais perdu tout volonté de leur échapper… Mais, en réalité la vérité est ailleurs.

Je ne comptais pas être fugitif toute ma vie et le seule moyen de pouvoir reprendre une vie « normale » était de me rendre avec des arguments suffisants pour que le SPN me réintègre sans enquêter sur mon robot. Par chance, j’étais Williams Stark… Et des arguments j’en avais !

C’est ainsi que je m’étais rendu en allant me présenter, moi-même, en tout décontraction, au quartier général du SPN. Mon entrée avait provoqué ce que je voulais : la stupéfaction totale ! Je n’avais pu m’empêcher de sourire de fierté en voyant les agents présents se ruer sur leur téléphone pour contacter le Directeur en personne : Connor Pierce. D’autres avait braqué leur arme sur moi… Certainement des jeunes qui confondaient les mots « fugitifs » et « terroriste ». Ils avaient fini par baisser les armes après un ordre d’un supérieur. Un agent de haut niveau que je connaissais très bien et que je me permis de saluer avec désinvolture.

Après cette magnifique entrée, je fus conduis à Pierce pour un entretien privé. Magnifique ! Je n’en demandais pas moins !

-Stark… Alors comme ça tu es vivant.


C’est la première chose qu’il me dit après que les agents qui m’avaient amenés avaient quitté la pièce sur ordre du Directeur. Je lui avais souris.

-On ne se débarrasse pas de moi aussi facilement, dis-je en prenant place sur le siège en face du bureau de Pierce.

J’étendis mes jambes croisées sur le bureau tout en sortant une cigarette que j’allumai sans attendre la permission de Pierce. Ce dernier sourit. C’était à la fois un sourire jaune et un sourire satisfait.

-Je constate, Stark…

La suite de l’entretien fut simple… Pierce commença par me poser des questions sur E-SAK… Je ne répondis à aucune me contentant de nier que ce robot soit à moi. Je doutais, sincèrement, que Pierce ait des preuves tangibles hormis le témoignage d’une terroriste. Ce qui était bien maigre… C’était, sans doute, pour ça qu’il ne m’arrêtait pas sur le champ et qu’il me laissait parler.

Et je fis par diriger la conversation sur Sands. Sands et son pouvoir de magnétisme. Je savais que Pierce avait des difficultés à approcher Sands à cause de ce pouvoir… Il ne fallait pas oublier que le métal était omniprésent au SPIN hormis dans la cellule où se trouvais Sands. Que chaque agent avait des armes en métal, inutiles contre le vampire. Pierce confirma, non sans moins sourire, ce problème de « pouvoir ». Bien ! Maintenant lançons l’argument :

-Je peux faire des armes dans un alliage autre que le métal. Je sais qu’aucun de tes techniciens n’en est capable, Pierce… Sinon tu les aurais déjà. Tu n’as donc que moi pour ce job, dis-je en écartant fièrement les bras.

Le visage de Pierce ce ferma. Mais d’une façon que je ne connaissais que trop bien. Il savait que j’avais raison et ça l’emmerdait.

-En échange, tu me réintègre comme consultant et tu cesses de me harceler pour une histoire de robot qui n’est même pas à moi.


Pierce me regardait droit dans les yeux. Je savais qu’il était en train de peser le pour et le contre de ma proposition. Je savais qu’il était persuadé que j’étais le concepteur du robot qu’il recherchait tant… Mais je savais aussi qu’il avait encore plus envie d’éviter une évasion de Bobby Sands.

-Ce robot est de toi, Stark.

J’hochai la tête négativement niant en bloc.

-Je finirais pas savoir la vérité sur lui
, ajouta-t-il.

Non, tu n’y arriveras pas. C’est ce que je pensais. Je n’ajoutai rien laissant parler Pierce.

-J’accepte ton deal Stark. Je veux les armes gratuitement pour dans une semaine.


Une semaine. C’était du gâteau. Je souris de toutes mes dents.

-Gratuites uniquement si je peux voir Bobby Sands… A moitié prix si tu refuses.


Pierce fronça les sourcils. Il fallait que je vois Sands. Que je lui parle. Que je comprenne. Il le fallait.

Pierce hésita… Il devait encore peser le pour et le contre.

-Marché conclu. Mais tu n’auras que 30 minutes. Pas une de plus.

J’hochai la tête avec un grand sourire avant de me lever sans attendre l’autorisation de Pierce. Je me dirigeai vers la sortie avant de me retourner.

-Oh, et si tu pouvais dégager tes agents de ma villa, ça me ferait plaisir. Ah et que tu me restitue, aussi, tout le matériel que tu m’as volé. Junior enregistre tout, je saurais ce qu’il me manque. N’oublie pas que si tu ne fais pas tout ça, ça risque de faire pas beau dans la presse quand j’irais me plaindre.

Il se renfrogna et approuvant légèrement de la tête. Il ne pouvait pas se permettre de laisser passer ce genre de chose dans la presse. Il ne fallait pas oublier que le SPN était une unité secrète. Il avait plus à perdre que moi si jamais les choses devenaient publics.

C’est là-dessus que je quittai Pierce…

***

Mes demandes avaient été acceptées. Les agents avaient dégagés de ma villa et j’avais pu réintégrer mes appartements. J’avais vérifié absolument tout avant de faire rapatrier E-SAK. Je savais Pierce capable de me mettre sur écoute…

Après ça, j’avais fixé ma rencontre avec Sands. J’étais arrivé au SPIN par mes propres moyens ayant récupéré toutes mes accréditations de consultant. Pierce en personne m’y attendait. Il demanda à deux agents de m’accompagner à la cellule de Sands.

En chemin, les agents en question me rappelèrent toutes les règles de sécurité ainsi qu’ils me débriefèrent sur le système de sécurité du SPIN. Encore des nouveaux…

Quand l’un d’eux poussa le bouchon en s’étalant sur les détails techniques, je le repris de volée en le corrigeant. Il me regarda alors, prétentieux comme pas deux :

-Non, je crois que vous vous tromper, Monsieur Stark.

Ah ouais ? Petit, tu vas vite comprendre que William Stark ne se trompe jamais.

-Ah ouais ? Tu crois, ça petit. Alors, testons tes connaissances : qui est le concepteur du système de sécurité du SPIN ?, demandais-je avec un sourire en coin.

Le gamin – il ne devait pas avoir plus de 22 ans – haussa les épaules.

-Je ne sais pas…


Mauvaise réponse. Je souris.

-Le meilleur ingénieur de tous les temps. Moi !

Il rougit. Je crois qu’il il aurait eu un trou, il ne serait réfugier dedans. Il se confondit en excuses futiles avant qu’on arrive devant la cellule de Sands. Une cage en béton… Opaque… Pas très facile pour la communication. Je levai un sourcil.

-Pierce aurait pu installer une vitre blindé, tout de même !

Comment j’allais causer avec Sands, moi ? C’est pas comme si je pouvais entrer et le neutraliser avec une arme quelconque au cas où il essayait de me sauter dessus ! J’ai du métal incrusté dans la poitrine…

Je fis la moue et sortis mon smartphone. Je tapotai dessus me connectant au système caméra et audio de la cellule de Sands. Je pouvais le voir… Lui aussi grâce à une projection que fis à travers mon smartphone high-tech. Il pouvait m’entendre et moi aussi.

-Salut Sands!


Je fis signe au agent de me laisser seul. Ce qu’ils firent même si je savais que Pierce avait un œil sur moi.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bobby Sands
avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 62 ans
Métier: Militant
Particularité: Vampire

MessageSujet: Re: Face à Face [PV Bobby]   Jeu 11 Jan - 20:03



Face à Face



ft. William Stark


C’était maintenant que ça devenait difficile.

En effet, plus personne, pas même Pierce, le directeur du Spin, n’était venu me voir depuis sa dernière visite où j’avais encore eu droit à des questions sur mes origines vampiriques. Je lui avais dit que je ne savais pas qui m’avait créé, pour la simple et bonne raison que je n’en avais aucune idée. J’étais probablement dans le coma quand ça m’était arrivé.

Je n’étais même pas certain que ça se fasse comme dans les films ou même comme dans les livres que j’avais lu à la G.A.

J’avais essayé, sur Alan, le chasseur… Et jusqu’à preuve du contraire, il n’était pas plus vampire aujourd’hui que je n’étais un putain d’Anglais.

J’avais maintenant la très désagréable impression, alors que le temps passait au rythme où on m’apportait de quoi me nourrir, que le SPN allait tout simplement me laisser pourrir entre mes quatre murs… Sans aucun contact…

Si les choses allaient dans ce sens-là, je n’allais plus être d’aucune utilité pour mes semblables et j’allais resté coincé ici, séparé de Scarlet…

Si je n’avais plus d’intérêt pour le SPN, alors cette cellule du SPN n’allait bientôt plus avoir d’intérêt pour moi.

Je pouvais appeler Scar… J’avais le pouvoir de le faire…

Une seule chose m’en empêchait : l’amour. Et c’était une plaie ! Parce que, par amour, je n’arrivais pas à me résoudre à l’appeler en renfort.

Parce que je ne voulais pas qu’il lui arrive quelque chose et que je n’avais aucune idée de ce qui pouvait l’attendre au-delà de ces murs.

Alors j’avais repris, par moment, de vieilles habitudes que j’avais eu en isolement à Maze : accès de colère, cris juste histoire d’entendre quelque chose, même si ce n’était que ma propre voix qui résonnait sur les murs, shooter dans ces mêmes murs, quitte à me blesser pour me regarder cicatriser après…

Les murs blancs immaculés de la cellule l’étaient de moins en moi, se maculant de mon propre sang par endroit… Du sang qui venait de mes poings ouverts, de mes ongles déchirés…

Bref, j’étais en train de devenir cinglé, enfermé ici.

J’étais en train d’écrire, justement sur le mur, le prénom de Scarlet avec le sang qui coulait de mon doigt meurtri par mes tentative de graver dans le béton le nom de celle que j’aimais, quand Stark apparut.

Je me levai d’un bond et tendis la main vers lui, bien déterminé à lui arracher son cœur de métal hors de la poitrine alors qu’il me saluait. Sans succès. Alors j’approchai de lui et lui mit une droite qui lui passa au travers, m’emportant dans mon propre mouvement furieux.

Je me stabilisai sur mes jambes en serrant les dents, furax.

-Comment tu fais ça ?!

J’avais vécu comme un fugitif depuis 1981, je n’avais jamais touché et n’y connaissais foutrement rien aux nouvelles technologies. Et c’était probablement le seul et énorme avantage que Stark avait sur moi. Après tout, j’avais atterri dans cette cellule dans un très piteux état… à cause de lui.

-Qu’est-ce que tu veux, Stark ?




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Stark
avatar

Messages : 1350
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 44 ans
Métier: Ingénieur et consultant SPN
Particularité: Génie

MessageSujet: Re: Face à Face [PV Bobby]   Ven 12 Jan - 17:57



Face à Face



ft. Bobby Sands


A défaut d’une vitre blindée, j’avais ma propre technologie. Et elle allait m’être d’une grande aide pour communiquer avec Sands à travers ce mur de béton.

Je voulais le voir… Il fallait que je le vois. Et, apparemment, je ne pouvais compter que sur moi-même pour ça.

C’est ainsi que je sortis mon smartphone et me connectai à tous les appareils qui permettaient d’avoir une vue sur Sands. Il pouvait aussi me voir… J’avais projeté mon hologramme dans la cellule où il croupissait.

Je le voyais à travers les caméras. Et je le vu tenter d’arracher le cœur et de foutre une droite à mon hologramme. Quel idiot. Un sourire en coin s’afficha sur mon visage. Il y avait un monde entre moi et Sands. C’était un homme du passé et moi de l’avenir.

Il finit par arrêter ses tentatives inutiles et me demanda comment je faisais ça.

-C’est un hologramme, abruti. Tu as fait quoi pendant plus de 30 ans ? Tu croupissais dans une grotte ?, dis-je sarcastiquement.

Comment pouvait-on en savoir aussi peu sur la technologie ? Il n’avait jamais vu Star Trek ou toutes ces séries-là ?

Bref, je n’étais pas ici pour m’étaler sur l’ignorance de ce terroriste. D’ailleurs, il me demanda rapidement ce que je voulais.

-Te voir…

Il s’était bien remis de notre petit combat. Il n’avait plus aucune trace alors que je l’avais presque totalement brûlé. Je soupçonnais Pierce d’avoir un peu aider le vampire à se remettre de ses blessures à coup de poches de sang.

-Tu as plutôt bonne mine.


Un sourire s’afficha sur mon visage mais il n’avait rien de sincère. Si Sands ne semblait plus rien à voir, je portais encore les marques de notre combat mais si elles n’étaient pas visibles. Sans Sandy, je serais, peut-être même déjà enterré à l’heure qu’il était.

-Plus sérieusement,
dis-je en effaçant mon sourire. Je veux savoir pourquoi. Pourquoi tu les as tués ?

J’avais eu deux confrontations avec Sands. Une alors que je ne savais pas qui il était lors de la Stark Convention. Et l’autre, lors de notre combat mais où, plus occupés à se taper dessus, on n’avait pas vraiment eu le temps de discuter. Du coup, je n’avais encore jamais eu l’occasion de lui poser cette question : « pourquoi avait-il tué mes parents ? ». Une question que Nash, Scarlet et d’autres m’avaient répondu… Mais c’est la version du Sands que je voulais. Uniquement la mienne. Même s’il répétait mot pour mot ce que les autres avaient dit, je voulais que ça sorte de sa bouche.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bobby Sands
avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 62 ans
Métier: Militant
Particularité: Vampire

MessageSujet: Re: Face à Face [PV Bobby]   Dim 14 Jan - 10:48



Face à Face



ft. William Stark


Je passais littéralement à travers Stark. Je ne savais pas d’où lui venait ce pouvoir, bien que je savais pertinemment que ça devait venir de toutes ces technologies qu’il créait. Tout comme il avait dû créer lui-même le dispositif que Pierce m’avait enfoncé dans le cou et que je n’arrivais pas à enlever… Pas sans me faire atrocement mal parce que ce truc était enfoncé profondément.

Je me tins face à l’hologramme de Stark alors qu’il me traitait d’abruti, se demandant ce que j’avais pu bien foutre pendant 30 ans.

-Je survivais… Je me planquais… Tu sais pas ce que c’est que d’avoir le SPN collé à tes baskets H24.

Parce qu’il y avait eu Edwin et son épouse… Mais une fois que je les avais eu éliminés, d’autres étaient venus.

Je fronçai les sourcils, les poings serrés et avait demandé à Stark ce qu’il voulait. Et il voulait juste me voir. Je fis la moue… C’est ça ouais… Pourquoi ? Pour se rassurer ? Être sûr que je ne pourrais jamais sortir d’ici ?

Est-ce que c’était la dernière visite que j’aurais avant qu’on ne m’oublie ici pour l’éternité ? Parce que, ouais, si c’était le cas, je n’avais même pas l’échappatoire de la mort parce que je ne pouvais plus mourir à moi de m’immoler par le feu et on ne me donnerait jamais de quoi le faire.

Sans compter que je ne pouvais pas compter, comme je l’avais fait à Maze, sur des émeutes de soutien, des appuis politiques ou autres droits de l’homme.

J’étais un vampire et aux yeux des humains, leurs lois ne s’appliquaient pas à nous. Nous n’avions aucun droit… Personne ne savait que j’étais ici, pas même Scar.

Stark constata que j’avais plutôt bonne mine. Je ricanai.

-Pas toi.

William Stark posa alors la question qui le démangeait. Celle qui l’avait probablement mené à faire aujourd’hui ce qu’il faisait pour le SPN. Sans le savoir, j’avais créé Stark.

Mais pas le SPN… Parce que le SPN existait déjà avant même que je ne comprenne ce qui m’arrivait dans les années 80…

-Si je ne te connaissais pas assez pour savoir qu’il n’y a que toi qui compte pour toi, je te demanderais de qui tu parles. Parce que la liste s’est un peu allongée, les derniers temps.

Entre l’attaque à la voiture piégée et l’attaque de la tour… Je me demandais bien combien de personnes j’avais tuées. Et bizarrement, ça me faisait de moins en moins d’effet.

J’allai m’installer assis sur ma couche, sans quitter l’hologramme des yeux.

-Mais c’est juste pour tes parents que tu veux savoir. Parce qu’il n’y a que ça qui t’intéresse, pas vrai ?

J’avais envie d’une cigarette, pour le coup… Parce que je ne savais pas comment occuper mes mains. Je me grattai le cou, au niveau du dispositif ancré dans mon cou.

-Je les ai tué parce qu’ils essayaient de me buter. Je ne les avais jamais vu, j’étais en Irlande du Nord, encore, à l’époque. 8 ans que j’errais sans trop savoir si je devais accorder foi aux légendes pour mettre des mots sur ce qui m’arrivait alors que la faim ne laissait aucun doute. 8 ans que j’observais ce qu’il restait de l’IRA provisoire agoniser, par pure nostalgie… 8 ans que j’étais encore plus seul que dans ma cellule à Maze… 8 ans que je croyais réellement être le seul de ma race.

Décor planté, mes yeux se perdaient dans le vide au fil de mes souvenirs.

-Je vivais dans le mausolée qu’on avait érigé pour moi dans un hommage populaire. Je sortais pour en trouver d’autres comme moi, pour essayer de comprendre ce qui m’arrivait… Comment ça m’était arrivé. Jusqu’au jour où quelqu’un m’a tiré dessus… Juste comme ça, style exécution.

Je regardai l’hologramme de Stark.

-Mais comme toi, ton père ne savait pas viser.

Je passai ma langue sur mes lèvres et continuai.

-J’ai pris la balle dans l’abdomen. Je n’avais jamais été blessé depuis que j’étais sorti, dieu sait comment, de Maze. J’ai réussi à m’enfuir, à me réfugier dans ma planque. Quand j’ai retiré la balle… celle que je t’ai donnée à la Stark Convention… J’ai vu que ce n’était pas une balle normale. Et j’ai vu qu’il était écrit Stark dessus.

Je frottai mon visage en repensant à la trouille que j’avais eu en voyant les sillons mauves bizarres qui s’étaient dessinés sur mon ventre.

-J’ai mis trois jours, je crois, à pouvoir me relever. Mais je n l’ai fait que parce que j’avais entendu quelqu’un approcher du mausolée. Ton père m’avait retrouvé et était venu achever le boulot. A partir de là, je savais que si je ne les tuais pas, lui et la fille qui l’accompagnait, ils allaient jamais me lâcher. Pas avant que je ne sois mort.

Je regardai à nouveau Stark.

-La raison n’a rien de transcendant, Stark. Je les ai tués pour survivre. Je ne les connaissais même pas.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Stark
avatar

Messages : 1350
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille de personnage
Âge: 44 ans
Métier: Ingénieur et consultant SPN
Particularité: Génie

MessageSujet: Re: Face à Face [PV Bobby]   Dim 14 Jan - 19:46



Face à Face



ft. Bobby Sands


Se planquer. Survivre. Voilà ce qu’avait fait Bobby Sands pendant 30 ans. Rien qui puisse m’émouvoir. Surtout que Bobby s’était dit traqué par le SPN mais, à ce que je sache, personne ne savait que c’était lui le tueur de mes parents avant l’attentat qu’il avait perpétré sur moi. Le SPN n’avait pas couru après Sands pendant 30 ans… C’était la paranoïa de ce terroriste qui lui jouait des tours. Rien de plus.

-Ben, tu te serais arrêté un moment de te planquer, tu ne m’aurais pas raté à la Stark Convention
, dis-je avec un sourire sarcastique.

Parce que ses connaissances techniques étaient tellement obsolètes qu’il avait lamentablement raté son coup bien qu’il y ait eu quand même deux morts. Sauf que si Sands avait passé ses 30 dernières années à faire autre chose que de se planquer dans des bunkers miteux, il y aurait eu plus de morts. Et j’en aurais fait partie.

Je déclarai, ensuite, être venu ici pour le voir. Et je pouvais constater qu’il allait bien – physiquement parlant. Il rétorqua que ce n’était pas mon cas ce qui me fit sourire jaune.

-Tss. J’ai vu pire, mentais-je.

Il fallait avouer que je n’avais jamais vu pire que ce que j’avais eu ces derniers temps.

Je finis par lui poser la question qui me brûlait les lèvres depuis des années. A savoir, pourquoi ce vampire avait-il tué mes parents. Les réponses des autres ne m’avaient pas suffi. Il me fallait celle de Sands.

Je croisai les bras, regardant attentivement les images qui me parvenaient de la caméra qui filmait Sands. Et il commença par me faire remarquer à quel point il n’y avait que moi qui comptait pour moi. Que, sinon, il n’aurait pas vraiment pu savoir de qui je parlais vu qu’il avait tué plein de monde depuis.

Je tiquai serrant les dents. Beaucoup de gens croyaient que je ne pensais qu’à moi. Que je passais ma vie à engranger des bénéfices uniquement pour moi. Mais tout ça était bien plus complexe que ça.

Mais je n’avais pas à me justifier devant Sands.

-Non, il n’y a pas que ça qui m’intéresse. Mais c’est la seule chose qui fait que tu as mon attention à cet instant. Si tu n’avais pas tué mes parents, jamais je n’aurais su que Bobby Sands était un vampire et, même si je l’aurais su, tu n’aurais été qu’un pavé dans la mare de vampire qui compose ce monde.

C’est par ce meurtre qu’il devait sa célébrité surnaturelle. Par rien d’autre… Il n’aurait pas tué mes parents, il aurait, sans doute, pu vivre pénard en Irlande.

Mais j’avais l’impression que vivre pénard n’était pas dans ses convictions.

Juste avant qu’il ne n’entre dans le vif du sujet, je remarquais que Sands avait un dispositif implanté dans le cou. Je connaissais ce dispositif. C’était moi qui l’avais inventé. C’est certainement ça qui avait permis à Pierce de rentrer dans la cellule. On peut dire qu’à défaut d’avoir des ingénieurs compétents – en dehors de moi -, il savait au moins utiliser à bon escient le matériel volé…

Bref, Sands m’explique qu’il avait tué mes parents pour la simple raison que mes parents essayaient de le buter. C’est ce que m’avait dit Nash… C’est ce que m’avait dit Scarlet… Et encore bien d’autres… Mais ça n’était pas suffisant pour moi.

Sands remis les choses en contexte expliquant comme était le Bobby de 89. Un inadapté de vampire qui cherchait sa place. Un type tellement seul qu’il en avait souffert. Ça se voyait. Mais ça n’était pas pour ça que j’avais la moindre compassion pour lui.

Il finit par parler de la nuit… La nuit qui avait tout changé. Pour moi… Pour lui… Probablement pour le SPN aussi. Il m’expliqua comment mon père avait procédé, style exécution mais qu’il avait manqué son coup. Il en profita pour me tacler sur mes capacités à savoir tiré. Je levai un sourcil. C’était complètement gratuit et infondé. Sands ne m’avait jamais vu tirer… Il ne pouvait donc pas juger.

Mais je ne dis rien. Parce que je n’avais pas encore la réponse à ma question et que je voulais l’avoir.

Il continua m’expliquant l’effroi qu’il avait eu en constatant que la balle qu’avait laissé mon père dans son corps était moins banale qu’il n’y paraissait. Je souriais d’un sourire fier. Technologie Stark. Elle ne laisse jamais personne indifférent.

Sands continua sur récit. Il m’expliqua que mon père l’avait retrouvé… Je ne comprenais pas pourquoi mon père s’était tant acharné. Sands n’était qu’un vampire paumé et blessé. Rien de dangereux dans l’immédiat. Il aurait pu attendre la fin de son voyage avant d’envoyer des agents du SPN régler les choses.

Mais non… Il avait fallu qu’il y aille. Avec ma mère… Et c’est probablement ça que je n’arrivais pas à pardonner à Edwin Stark. Le fait qu’il soit en partie responsable de la mort de ma mère…

Mais Sands me semblait tout aussi coupable même s’il essayait de se faire passer pour la victime en présentant les faits comme ça. En disant qu’il avait été blessé et pourchassé.

Il n’expliqua pas en détails les raisons qu’il l’avait poussé à tuer ma mère. Une femme innocente…

Il avait tué pour sa survie. Sans réfléchir. Je fronçai les sourcils totalement insatisfaits par le récit de Sands. Il n’avait aucun remord. Il ne s’excusait même pas.

-Survivre ? Ne pas laisser de témoins pour éviter qu’ils ne te pourchassent ?,
dis-je en riant mais d’un rire grinçant. Putain, Sands. Tu n’as même pas pris le temps, avec toute ton immortalité et tes fichus pouvoirs, de vérifier si la femme qui accompagnait mon père était armée ou non. Tu l’as tué! Pire ! Tu l’as fait souffrir sans savoir que c’était la femme la plus gentille de tout ce putain d’univers ! Elle était inoffensive.

Elle était tout ce que j’avais. Et Sands, dans son instinct exacerbé de survivre l’avait supprimé de ce monde. De mon monde.

Je ne pouvais pas cacher mon infinie tristesse, ni même ma rage de ne pas pouvoir changer les choses.

-Tu les as tués pour qu’ils te lâchent. Sands, tu devrais savoir que quand on tue quelqu’un, automatiquement on se met dans le collimateur d’un autre. Elle ne t’a pas dit ça ta Scarlet ? Que le meurtre entraine la vengeance et la vengeance, la vengeance ? Que c’est un putain de cercle infini ?


Si elle ne lui avait pas dit à lui, à moi elle me l’avait dit.

-Ce cercle, c’est toi qui l’a initié, Sands. Toi quand tu as osé tué ma mère.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Face à Face [PV Bobby]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Face à Face [PV Bobby]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Mission III : face à face (seconde vague)
» Sans malice et Kakakok; Un Face à face
» Face à face [PV]
» Speed Dating

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Real World :: Role Play :: Reste du monde :: Amérique :: Le Spin-
Sauter vers: